Benoo Energies : l’énergie comme facilitateur du développement économique Reviewed by Momizat on . Lancée en 2015, Benoo Energies s'est fixé un objectif : favoriser l'accès à l'énergie des pays d'Afrique de l'Ouest. Pour ce faire, l'entreprise a imaginé une « Lancée en 2015, Benoo Energies s'est fixé un objectif : favoriser l'accès à l'énergie des pays d'Afrique de l'Ouest. Pour ce faire, l'entreprise a imaginé une « Rating: 0

Benoo Energies : l’énergie comme facilitateur du développement économique

Benoo Energies : l’énergie comme facilitateur du développement économique
Lancée en 2015, Benoo Energies s’est fixé un objectif : favoriser l’accès à l’énergie des pays d’Afrique de l’Ouest. Pour ce faire, l’entreprise a imaginé une « agence énergies », qui propose des services électriques dans des régions isolées, grâce à l’énergie solaire. Bubacar Diallo, son fondateur, compte bien ainsi contribuer, à sa manière, à la croissance économique du continent.

Comment est née Benoo Energies ?

Bubacar Diallo : J’ai travaillé durant plusieurs années dans le secteur bancaire, dans des activités de financement à l’export et à l’import. J’ai ensuite voulu me réorienter professionnellement, vers des activités à fort impact en termes de développement économique et social. J’ai commencé à plancher sur ce qui allait devenir Benoo Energies à partir de fin 2013. J’ai fondé la société en mai 2015, au terme d’un MBA Management responsable. Fin 2015, Vincent Renaud m’a rejoint -il est aujourd’hui directeur du développement chez Benoo Energies-. Ensemble, nous avons peaufiné le modèle, et décidé de nous concentrer sur le continent africain. Aujourd’hui, nous sommes une équipe de dix personnes, sept en France -à Bordeaux- et trois au Togo.

Pourquoi vous êtes-vous spécifiquement tourné vers les énergies renouvelables ?

B.D. : Dans ma première activité, j’accompagnais essentiellement des clients qui travaillaient avec des pays émergents, entre autres l’Afrique. J’ai pu constater à quel point de nombreux acteurs, malgré des solutions intéressantes, avaient toutes les peines du monde à accéder au marché africain. Ils ne parvenaient pas à financer leur action, notamment dans le domaine des énergies renouvelables ; il y avait une incohérence dans le discours, qui prône par ailleurs une économie dé-carbonée. Aujourd’hui, les choses ont changé. Les investisseurs voient un intérêt à investir dans le renouvelable, qui devient compétitif, notamment dans les régions off grid. Dans le solaire, cela est dû à la baisse continue du coût du photovoltaïque depuis une dizaine d’années.

Quel est le principe de fonctionnement de vos agences énergies ?

B.D. : L’objectif premier de Benoo Energies n’est pas la vente de kW/h, mais le développement économique ; en partant du principe que l’énergie est un facilitateur. Restait à trouver comment faire. Très rapidement, nous avons pris contact avec des entrepreneurs locaux qui pourraient, grâce à l’énergie, développer une activité économique rentable en vendant des services qui nécessitent une production électrique. Ils deviendraient des micro-producteurs d’énergie. Nous avons ensuite imaginé un kiosque, proposant différents services comme un congélateur, un photocopieur, une connexion internet, ou des points de recharge. Quant aux panneaux solaires -puissance : 2 kW-, ils se trouvent sur le toit. Nous avons désormais trois agences au Togo. Celle de Djékloué, inaugurée fin 2016, nous a servi de pilote et nous a prouvé que la rentabilité était là. Nous avons notamment constaté que des habitants des villages voisins venaient utiliser les services du kiosque, ce qui crée donc du passage. Depuis, une autre agence a ouvert à Hahomegbe, puis la dernière en date à Tetetou. Pour 2018, notre plan de déploiement prévoie la création d’une dizaine de nouvelles agences au Togo. Des études sont également en cours au Burkina Faso.

Laisser un commentaire

*

Copyright © guineeeconomie.com - Tous droits réservés.

Retour en haut de la page