FINANCE:AFRILAND FIRST SIGNE UNE CONVENTION AVEC L’APIM-G Reviewed by Momizat on . Sur la lancée de son expérience plutôt réussie avec les MUFFA et les MC2, Afriland First Bank a signé ce vendredi une convention de partenariat avec l’Associati Sur la lancée de son expérience plutôt réussie avec les MUFFA et les MC2, Afriland First Bank a signé ce vendredi une convention de partenariat avec l’Associati Rating: 0

FINANCE:AFRILAND FIRST SIGNE UNE CONVENTION AVEC L’APIM-G

Sur la lancée de son expérience plutôt réussie avec les MUFFA et les MC2, Afriland First Bank a signé ce vendredi une convention de partenariat avec l’Association professionnelle des institutions de microfinance de Guinée (APIM-G). De cette convention, il est entre autres attendu que par le mécanisme de la finance inclusive, des groupes défavorisés (femmes, jeunes, etc.) puissent davantage accéder aux services financiers. Ce sont les locaux d’Afriland First Bank, sis au marché Niger (Kaloum) qui ont servi de cadre à la cérémonie de signature, en présence des représentants du PNUD et de la BCRG.

Dans son speech de circonstance, Guy Laurent Fondjo, l’Administrateur-Directeur général d’Afriland First Bank, a tout d’abord relevé toutes les initiatives qui se mettent en place en amont dans le cadre de la promotion de la finance inclusive en Guinée. C’est ainsi que déclare-t-il : « La signature, ce jour, de cette convention entre Afriland First Bank et l’Association professionnelle institutions de microfinance en Guinée (APIM-G) traduit la volonté et l’engagement de toutes les parties en faveur de la promotion de la finance inclusive en Guinée ». Pour ce qui est de l’objectif assigné à la convention, il le décline ainsi : « la présente convention va être signée pour permettre à Afriland First Bank qui partage également cette philosophie de créer une passerelle entre le secteur formel et informel et qui encourage l’entrepreneuriat, à aider au développement des couches vulnérables ». Se voulant plus précis, il soutient que le couple AFB-APIMG va générer une synergie d’action en vue de faire face à sept objectifs spécifiques :

  • développement et l’extension des institutions de finance exclusive,
  • capitalisation et partage de l’expérience des MUFFA et des MC2,
  • renforcement des capacités des institutions de finance inclusive,
  • appui à l’innovation,
  • refinancement et partage des risques,
  • facilitation des opérations des institutions de finance inclusive,
  • appui à la gestion de la trésorerie des institutions de finance inclusive.

De son côté, Amadou Sow, Directeur exécutif de l’APIM-G admet que la convention ainsi signée avec Afriland First Bank est fruit du cadre de concertation conclu le 15 novembre 2018 entre le PNUD et la banque. « A partir de là, nous avons approché Monsieur l’Administrateur-Directeur général d’Afriland First Bank pour qu’il nous aide à partager l’expérience qu’il fait avec les MUFFA, et personnellement je lui ai dit : tel que vous financez les MUFFA, aidez-nous aussi pour que les IMF profitent de vos financements », relate-t-il.

Au nom du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Directeur adjoint-pays, Eloi Kouadio IV, reconnait toute la pertinence de la démarche qui a conduit à la signature de cette convention. « C’est conformément au principal cardinal des Objectifs du développement durable (ODD), de ne laisser personne pour compte, ni derrière, que ces partenariats sont importants, car ils visent à mettre en place des dispositifs qui permettront un développement de la finance inclusive, en vue de favoriser l’accès au financement des jeunes, des femmes et d’autres personnes dont la vulnérabilité est reconnue par tous. Les groupements d’intérêt économique (GIE), promoteurs de projets ne devraient pas être en reste dans cette dynamique », note-t-il. Il souligne toutefois que la démarche en question est endogène à la Guinée et que le système des Nations unies, par le biais de son institution, n’a servi que de facilitateur.

Enfin, la représentante de la BCRG, Mariam Ciré Sylla, reconnait, elle aussi, la nécessité de la finance inclusive. « L’inclusion financière est de nos jours, un objectif majeur de l’écosystème surtout dans les pays en voie d’émergence où les sociétés financières classiques ont montré leurs limites. Au même moment, les évolutions relativement récentes d’autres secteurs ont permis d’atteindre des couches de consommateurs jusque-là exclues de la finance classique. Dans un contexte marqué par de profondes mutations dictées, entre autres, par le besoin d’accès de tous aux services financiers, il revient à tous les secteurs, de jouer, chacun, leur partition pour l’atteinte de l’objectif commun. La signature de cette convention participe de cette responsabilité et constitue un cadre adéquat d’échanges d’informations, de formation, de renforcement des capacités et de rencontre d’intérêts entre acteurs financiers intervenant dans le secteur des institutions publiques et des institutions de microfinance »

Source:le djély.com

Laisser un commentaire

*

Copyright © guineeeconomie.com - Tous droits réservés.

Retour en haut de la page