FORUM ECONOMIQUE DE DAVOS : Le FMI projette une croissance de 3,4% de l’économie mondiale  pour 2016

0
379

La 46 ième édition du forum économique de Davos qui vient de se tenir du mercredi 20 au samedi 23 janvier 2016, en suisse a réuni 2800 personnalités de la sphère économique et politique, venues du monde entier pour débattre des tendances, pour l’année qui s’annonce dans un contexte politico-économique mondiale marqué par de profonds bouleversements. Notamment avec la  crise syrienne, celle des réfugiés en Europe, la montée du terrorisme, l’effondrement des prix du pétrole et des matières premières en générale, l’instabilité boursière, la crainte de krach chinois dont les prévissions de croissance considérées comme surévaluées, en 2015 sont de 6,9, la déstabilisation politique et la montée du populisme. La quatrième révolution industrielle est le thème retenu pour cette édition, avec la montée en puissance des nouvelles technologies de l’information (internet, telcos, la robotique et l’intelligence artificielle.

Si le forum de l’année précédente s’est déroulé sous de meilleurs auspices sur un fond d’optimisme partagé avec la reprise de la croissance mondiale, l’édition 2016 du forum économie mondiale de Davos a surtout  été l’occasion de mesurer les risques qui menacent l’économie mondiale  « En quarante-six ans, depuis que le Forum économique mondial existe, je ne me souviens pas que le monde ait eu à faire face à autant de problèmes en même temps », a notamment déclaré le patron et fondateur du forum Klaus Schwab.

A Davos, les débats ont tournés sur des sujets aussi variés que divers. De la gestion de la crise migratoire en Europe à la dégringolade du prix du baril de pétrole, en passant par la menace de la grande Bretagne de sortir de l’Union européenne , à la révolution des nouvelles technologie de l’information ou encore la matérialisation des accords signés lors de la COP 21, ont été entres autres les sujets débattus par les protagonistes.

Dans une rencontre économique comme celle de Davos, perçue à tort ou à raison par certains observateurs comme la réunion des puissants et riches capitalistes réunis pour la défense d’un modèle qui les avantage, l’on peut se demander comment la Guinée représentée à ce sommet par le président Alpha Condé, pourrait tirer son épingle du jeu. Le président Guinéen pourrait en outre parvenir à convaincre des investisseurs potentiels présents à cette joute économique mondiale, à investir en Guinée dans des secteurs porteurs comme l’agriculture, les Ntics, etc…

L’on aura appris aussi au cours de ce sommet, que la chute du prix de pétrole désavantage les pays producteurs, mais n’est pas forcement mauvais en sois pour l’économie mondiale, donc pour l’économie d’un pays comme la Guinée, qui rechignent encore à appliquer les mesures de flexibilité sur le prix du carburant à la pompe. Selon Tidjane Thiam, le patron de Crédit Suisse, la chute du pétrole handicap certes le climat, mais est bon pour l’économie « Nous pensons que les prix du pétrole sont bons pour l’économie mondiale, bons pour le consommateur américain, pour l’Europe, bons pour cinq milliards de gens qui sont des consommateurs de pétrol » a souligné Tidjane Thiam.

Le forum économique mondiale de 2016 s’est par ailleurs, contrairement à son démarrage, achevé sur des annonces positive pour contrer le vent de pessimisme ambiant qui s’était installé avec la crainte d’un krach chinois, qui pourrait entrainer avec elle toute l’économie mondiale. « Certes, la Chine a enregistré en 2015 sa croissance annuelle la plus faible en vingt-cinq ans, mais il s’agit d’un « ajustement », pas d’un krach » a tempéré Christine Lagarde, la directrice générale du FMI.

Cependant le FMI prévoit une croissance de l’économie mondiale de 3,4% pour 2016. En claire pas de récession, mais un régime de croissance faible.