Interview exclusive : « Je tiens ma légitimé de la loi…» déclare Sékou Cissé président par intérim du CNP-Guinée. Reviewed by Momizat on . La crise qui mine actuellement le conseil national du patronat Guinéen (CNP) n’a pas fini de faire couler de l’encre et de la salive. Les deux camps, celui de S La crise qui mine actuellement le conseil national du patronat Guinéen (CNP) n’a pas fini de faire couler de l’encre et de la salive. Les deux camps, celui de S Rating:

Interview exclusive : « Je tiens ma légitimé de la loi…» déclare Sékou Cissé président par intérim du CNP-Guinée.

Interview exclusive : « Je tiens ma légitimé de la loi…» déclare Sékou Cissé président par intérim du CNP-Guinée.

La crise qui mine actuellement le conseil national du patronat Guinéen (CNP) n’a pas fini de faire couler de l’encre et de la salive. Les deux camps, celui de Sékou Cissé et de Kaba Guiter sont à couteaux tirés. Chacun d’entre eux revendique le leadership de l’institution patronale. Alors que Sékou Cissé et son camp étaient dans l’optique de l’organisation d’un congrès le 27 Août dernier, il a finalement accepté de sursoir à la tenue de ce congrès ; convaincu par des personnes de bonne volonté, pour donner une chance à la méditation pour une sortie de crise. Nous avons interrogé Mr Cissé pour recueillir sa part de vérité.

GE : Quelle appréciation faites vous de la Situation actuelle au sein du CNP-Guinée?

Sékou Cissé: Vous savez nous traversons un moment de turbulence et nous voulons aller au congrès, mais de bon office, il y a eu des groupes de médiateurs qui nous ont demandé de surseoir à cela pour donner une chance à la réconciliation. Parce que le problème au CNP-Guinée, c’est qu’il y a deux camps aujourd’hui et l’objectif, c’est que ces deux camps soient unifiés en seul groupe. Alors nous on pouvait bien aller dans un congrès, mais la médiation à trouvé nécessaire d’essayer de rapprocher les deux parties, harmoniser les positions afin d’aller à un congrès qui sera accepté par tous. Alors voilà les raisons du report du congrès du 27 Août dernier.

GE: De quel côté se trouve la légitimité, dans votre camp ou celui de Kaba Guiter?

Sékou Cissé: de toutes les façons, les gens qui parlent de légitimité, nous sommes dans une république. Vous avez des arrêts de justice, des ordonnances qui disent que ce congrès (organisé par le camp de Guiter) ne devrait pas être tenu vous comprenez. Vous avez une ordonnance  072 qui a constaté l’incompatibilité des fonctions de Mamadou Sylla, qui a confirmé par la même occasion ma légitimité de président par intérim du CNP-Guinée; qui a aussi confirmé que c’est moi qui organise le congrès. J’ai cette ordonnance en ma possession. Personne n’est au dessus de la loi, ici ma légitimité vient de la loi. Nous sommes dans une république et On doit se soumettre à la loi, personne n’est au dessus de la loi, cela s’est passé le 15 mars dernier. Le congrès en question, il a été tenu le 23 avril, qu’est ce qu’ils ont fait après? M. Sylla a fait appel de cet arrêt à la cour d’appel le 21 avril, nous avons été assignés à la cour d’appel. Cette dernière a rendu un autre arrêt, l’arrêt 162 qui demandait aux deux parties de surseoir au congrès du 23 Avril. M. Sylla et compagnies ont violé cet arrêt, ils ont tapé la poitrine devant la justice. La cour avait demandé un temps pour étudier  le dossier afin de se prononcer le 28 Avril. A cette date, il y a eu un autre arrêt, le 171 de la cour d’appel de Conakry qui a confirmé le jugement antérieure, et qui a pris en compte l’ordonnance 072 du TPI de kaloum du 15 Mars 2016, donc voilà comment ça s’est passé. Alors les gens peuvent dire ce qu’ils veulent mais aujourd’hui en parlant de légitimité, nous sommes ceux qui répondent aux critères et je peux vous affirmer que cela n’existe pas dans leur camp.

GE: Comment expliquez vous alors que les opérateurs économiques belges se soient adressés au camp de Kaba Guiter?

Sékou Cissé: par rapport aux Belges, demandez à mes travailleurs, les Belges sont venus ici vous comprenez, ils sont venus pourquoi? C’étaient des hommes d’affaire Belges qui évoluent dans le transport, tous genres de transports (aériens, maritime et terrestre).

GE : Quels sont vos rapport avec le camp d’en-face?

Sékou Cissé: Moi c’est l’unité que je cherche, je demande à ce que Monsieur Kaba Guiter se conforme au règlement. J’aurais été à sa place, j’allais venir confirmer cette légitimité, parce que la loi de son pays, d’accord ou pas d’accord, a déjà dit que ce congrès a été annulé. Ce n’est pas à Washington DC ou à Pékin qu’on va venir vous dire que parce que Pékin a dit ceci, la Guinée va marcher comme ça. On est souverain, les  problèmes  internes se règlent à l’interne et à partir du moment où il y a un problème de légitimité interne, il doit revenir dans le rang pour présenter sa candidature. J’ai déjà déclaré dans les médias que si kaba Guiter revient dans les rangs, avec le respect strict de la réglementation, je ne suis pas un adversaire à lui; parce que s’il se présente, moi je ne suis pas candidat à ce moment. Mais s’il ne revient pas à la légitimité, nous donnons quelque temps aux médiateurs, mais en ce moment, je serai candidat, voila un peu en bref ce je peux vous dire sur cette question.

GE: Est-ce que vous pensez que Kaba Guiter est disposé à aller au congrès?

Sékou Cissé: C’est pour cette raison qu’il y a une médiation, donc nous comptons pour l’instant sur cette médiation pour une issue heureuse. Personne n’a intérêt à ce que cette situation perdure. C’est sert à quoi? Vous avez deux camps supposés avoir les mêmes objectifs, Mais il y a deux têtes. Ailleurs dans le monde, il y a des élections qui amènent à des conflits, mais cela se discutent finalement autour d’une table. Mais ce n’est pas en se tapant la poitrine qu’on va résoudre les choses. Ni l’or, ni l’argent ne peuvent résoudre ce problème. La seule chose qui puisse résoudre ce problème, c’est d’accepter de s’asseoir autour d’une table et trouver un compromis.

GE : Quel appel avez-vous à lancer au camp d’en-face?

Sékou Cissé: L’appel que je peux lancer, c’est de dire à monsieur Guiter de tout laisser et de revenir à la légitimité et se légitimer, c’est important. Déjà je ne suis pas un adversaire à lui, parce que je l’ai dit publiquement, s’il est candidat et qu’il il vient dans les rangs pour respecter la justice de son pays, mais attend, moi je ne serai pas candidat ! Et je pourrais même voter pour lui. Moi mon objectif Depuis six ans, c’est de réunifier les opérateurs économiques guinéens, mais la tâche est vraiment difficile, il faut le reconnaître.

Propos recueillis par Mamadou Youssouf BARRY pour Guinée Economie

 

 

Laisser un commentaire

*

Copyright © guineeeconomie.com - Tous droits réservés.

Retour en haut de la page