L’Office des pétroles de Guinée appelle à l’intensification de l’exploration

0
38

Dans une interview exclusive accordée à Financial Afrik, le directeur général de l’Office National des Pétroles de Guinée (ONAP) appelle à l’intensification de l’exploration pétrolière.  Certes, affirme  Diakaria Koulibaly,   les opérations de forage off-shore sur le puits Fatala par le consortium pétrolier Hyperdynamics- Sapetro se sont avérées infructueuses.  Mais, poursuit-il, il ne s’agit que d’un puits qui ne reflète guère le potentiel du pays. Et d’insister sur la nécessité  pour la Guinée de dynamiser ses activités de recherche pétrolière et d’accélérer le processus d’octroi des licences pour rattraper son retard dans ce domaine.

« Nous avons beaucoup d’indices qui nous permettent de dire qu’un jour la découverte sera faite en Guinée.  Au stade actuel, l’on ne peut pas dire que ce sera forcément  sur le puits Fatala. L’on ne peut non plus dire que  ce sera forcément en 2017 . Mais, sur la la base des informations concordantes, des indices que nous avons en notre possession, on est certain aujourd’hui qu’il y a du pétrole dans notre sous-sol »,  a rassuré Diakaria Koulibaly.

Le haut cadre justifie cet optimisme par le fait que la Guinée partage le même plateau continental avec la Mauritanie et  le Sénégal, deux pays qui ont découvert le brut. Estimant que si ces pays-là sont parvenus à ce stade-là, ce n’est autre chose que par l’intensification des activités de recherche pétrolière. « Des pays comme le Sénégal, la Mauritanie ont dépassé les vingtaines de puits pétroliers, alors que la Guinée depuis l’indépendance n’en est qu’à trois.  Fatala va être le troisième puits; donc c’est un des facteurs explicatifs que justifie le retard de la Guinée dans ce domaine. Cela ne voudrait pas dire que le plateau continental guinéen n’est pas riche en hydrocarbures, il suffit tout simplement de dynamiser la recherche et faire autant de puits que les autres pour escompter les mêmes succès » a interpellé le DG de l’ONAP.

@aliou0224